top of page

Mes plus grands enseignants, les enfants non-verbaux - Dire oui à cette rencontre

Je sens enfin l’élan de partager avec vous cette partie de ma vie dont je ne parle pas beaucoup, mais qui fait battre mon cœur et me nourrit en profondeur. J'aimerais vous parler de ma rencontre avec ces enfants qu’on dit "handicapés" et comment cette rencontre a impacté ma vie à tous les niveaux et me permet d’être la personne que je suis aujourd'hui, bien plus libre et épanouie, à la fois en tant que musicienne mais surtout en tant qu'être humain.



****

Il y a quelques années, dans l’attente de l’obtention de ma résidence permanente, je devais absolument trouver un travail pour pouvoir rester au Canada. Je ne voulais pas trouver un boulot alimentaire, mais au contraire, un travail en lien avec la musicothérapie. La tâche semblait compliquée. Je me revois encore un soir, dans mon lit, sous les toits de ma chambre à Toronto, les mains sur le cœur, à demander en grande sincérité: J’aimerais trouver un contrat à temps plein, dans le domaine de la musique et de la thérapie, avec des enfants, un travail où je vais m’épanouir et qui remplira également les critères d’admissibilité pour l’immigration.

Plusieurs mois passèrent et je commençais à me faire à l’idée que j’allais peut-être devoir travailler dans une banque, voire même quitter le Canada temporairement.


Puis 1 mois avant la fin de l'échéance de mon visa, j'ai reçu cet appel d’une commission scolaire à Montréal. Il cherchait une enseignante de musique pour remplacer une titulaire pendant son congé maternité, d’une durée de 1 an, à temps plein dans une école avec des élèves handicapés. J’étais sans voix. Comment était-ce possible ? A l’époque, je ne savais même pas qu’il existait ce genre d’établissement, moitié école, moitié centre de réadaptation. Je sentais l’excitation, la joie et la gratitude. Et en même temps, il y avait cette incertitude: vais-je aimer travailler avec ces enfants-là ? Durant mes différents stages d’étude en musicothérapie, je n’avais pas eu l’occasion de travailler avec des enfants polyhandicapés. Et je n’en avais d’ailleurs jamais senti l’appel. Mais voilà, cette opportunité venait à moi.


2 jours plus tard, j’arrivais dans ce lieu si différent de tout ce que j’avais pu voir dans ma vie. Un autre monde. Un monde à découvrir. Je vous avoue que j’étais vraiment déstabilisée. J’ai eu l’impression de me retrouver face à moi-même, face à mes blocages, mes peurs, ma gêne, mon malaise, l’impression d’être inadéquate, de ne pas savoir, de ne pas bien faire, d’être maladroite.


Mais j’ai cependant senti que mon cœur était à la maison.


J’aimerais vous parler de cette rencontre, qui continue depuis, et qui s’approfondit, dans ma vie professionnelle mais également dans ma vie privée. La vie est bien surprenante et orchestre cette grande création à sa manière. On peut lui en vouloir, ou au contraire, s’ y ouvrir et recevoir encore plus en profondeur. En effet, 1 an plus tard, naissait le deuxième enfant de ma sœur, un petit garçon ayant à son tour des besoins particuliers, similaires aux enfants dont je vous parle.


Mais croyez-moi, ma gratitude est immense. Immense. Je n’ai pas toujours les mots tellement ces enfants m’ont réveillé à la vie et m’ont permis d’ouvrir mon cœur.


0 commentaire

Comments


bottom of page